STORYTELLING (FRAGMENTS D’HISTOIRES)

PARCOURS ARTISTIQUE DANS LA VILLE DE PRIVAS

cliquez sur l’affiche pour la visualiser en grand

Wilfrid Almendra, Jonas Brinker, Delphine Chapuis-Schmitz, Robin Meier, Cécile Serres, Lawrence Weiner

Commissaire Julia Cistiakova

25 MAI – 22 SEPTEMBRE 2019

Inauguration le 25 mai à 11h au Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement de l’Ardèche, 2 bis, Avenue de l’Europe Unie, Privas

Please scroll down for English version


Communiqué de presse (pdf) / Brochure du Parcours (pdf)

Storytelling (Fragments d’histoires) est le premier parcours artistique installé dans la ville de Privas qui sera inauguré le 25 mai 2019 et durera quatre mois. Il questionnera les différents potentiels de la narration et cherchera à montrer comment ces histoires, racontées par des moyens visuels et par différents artistes internationaux, peuvent parler de nous et de notre vécu personnel. L’exposition comprendra des interventions dans des espaces publics et privés de la ville : le Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement de l’Ardèche, l’Hôtel de Ville, l’église Saint Thomas, la Médiathèque Municipale Jacques Dupin de Privas, la pharmacie de l’Esplanade et la banque Marze.

Depuis le début de l’humanité, des histoires et récits n’ont cessé d’être partagés au sein de chaque culture et pays, servant à la fois de moyen de divertissement, d’éducation, de préservation de la culture, tout en permettent d’inculquer des valeurs morales. Les histoires sont fréquemment utilisées pour enseigner, expliquer et / ou divertir. L’importance des histoires et des conteurs peut être aperçue dès le début de l’histoire de l’humanité. L’art ou la capacité à raconter une histoire puise ses racines dans les traditions philosophiques de la Grèce antique – initié par Socrate et Platon – où la discussion des problématiques morales et philosophiques entre deux ou plusieurs personnages, dans un dialogue, est devenue une illustration emblématique des différentes méthodes philosophiques. Les premières histoires combinaient les contes, la poésie, la musique et la danse. Ceux qui ont excellé dans la narration sont devenus des artistes, des éducateurs, des conseillers culturels et des historiens au sein de la communauté. Raconter des histoires est un moyen de réunir les gens.

Dans cette exposition, chaque artiste joue le rôle de conteur et tente de répondre à la question : comment rendre pertinents les mémoires collectives, les récits personnels et les mondes intérieurs situés à la périphérie d’un espace et d’un lieu donné ? Ce parcours vise à résumer de manière objective le monde dans lequel nous vivons et la manière dont nous devrions agir, en tenant compte des spécificités de la vie quotidienne et des lieux dans lesquels nous existons.

En se substituant au conteur, les artistes racontent leur expérience personnelle à travers le médium des arts visuels : vidéos, sculptures, textes, installations spécifiques, œuvres sonores et performances.

Chaque intervention artistique est étroitement liée au lieu où elle est exposée. Ainsi, l’artiste franco-suisse Delphine Chapuis-Schmitz, qui prend des expériences linguistiques différentes comme un point crucial de sa pratique artistique, mène une recherche spécifique dans la médiathèque de Privas, par laquelle elle tente de perturber les visiteurs en leur proposant de regarder des livres, magazines et journaux différemment. Les textes que Delphine compose, le plus souvent à partir de fragments, peuvent prendre différentes formes selon la situation dans laquelle ils sont écrits : installations, lectures ou publications. La pratique artistique de Delphine est étroitement liée au conceptualisme, un mouvement artistique apparu aux États-Unis dans les années 60 du XXème siècle. Le conceptualisme perçoit le langage comme une forme d’art visuel. Le pionnier de ce mouvement, Lawrence Weiner, présentera son travail DES TUILES EMPILÉES SUR DU MORTIER EMPILÉ SUR DES TUILES à la pharmacie de l’Esplanade et à la banque Marze. Il déclare que « l’art est le fait empirique des relations d’objets à objets par rapport à l’Homme et ne dépend pas du passé dans son usage ou sa légitimité ». L’installation sonore Sinchronicity de Robin Meier met au défi les expériences sensorielles du visiteur dans l’église Saint Thomas. En se balançant, le spectateur active l’installation visuelle et sonore : une vidéo documentaire reconstituant une expérience conduite dans les forêts de mangroves Thaïlandaises, où chaque soir, des centaines de lucioles mâles (Pteroptyx malaccae) synchronisent spontanément leur clignotement afin d’attirer des femelles. Installer cette œuvre dans l’église permet de montrer l’unité existante entre l’homme, la nature et l’espace sacré ; elle crée un écosystème basé sur divers moyens permettant de construire le monde. Les deux œuvres de Wilfrid Almendra While Waiting for the Revolution et Model Home (Sonata II et Sonata IV) – étant étroitement liée à l’urbanisme et à l’architecture sera présentée au Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement de l’Ardèche. Dans l’installation While Waiting for the Revolution, Wilfrid confronte les formes utopiques du projet « New Babylon » de l’artiste néerlandais Constant Nieuwenhuys à celles des quartiers pavillonnaires et des zones industrielles. Poursuivant son travail sur l’architecture standardisée des pavillons de banlieue, Wilfrid Almendra présente deux pièces de la série Model Home (Sonata). Le détournement de divers matériaux récupérés sur des chantiers de construction de maisons individuelles type Phénix, emblème des banlieues des années 80, amène à des formes immédiatement reconnaissables mais sans aucun rapport avec leur fonction originelle. Jonas Brinker, un jeune artiste allemand, dans sa vidéo Standing Still interroge la place du loup dans l’Histoire. Le loup occupe une position ambivalente dans le folklore, la religion et la mythologie des différentes civilisations. D’une part, le loup est fortement associé au danger, ce qui en fait le symbole du guerrier, comme on peut le voir dans les mythologies égyptienne, grecque, balte et nordique ; et de l’autre côté, il joue un rôle de protecteur, comme dans le mythe de la fondation de Rome où la Louve Capitoline nourrit – et sauve ainsi – Romulus et Remus. La vidéo de Jonas Brinker s’appuie sur ces connotations culturelles et montre comment l’animal devient un symbole. Cécile Serres, une jeune artiste française, fera deux interventions performatives dans la ville lors de cette exposition. La performance I Hope You Don’t Mind / Sans penser à mal prendra la forme d’un jeu de piste donnant naissance à une pièce de théâtre unique et participative. Elle ferait référence à un mouvement inhabituel, une rumeur qui se serait déclaré à propos d’un événement mystérieux. La performance interrogera notre positionnement face aux mouvements sociaux et à la construction collective des rumeurs.

L’objectif de ce parcours artistique est de montrer un panorama de l’art contemporain à travers la présentation de différents médiums artistiques, ainsi que de rapprocher l’art du grand public.

Julia Cistiakova, commissaire


Curator’s Statement

Storytelling (Fragments of Stories) is the first art parcours in the city of Privas that will be inaugurated on the 25th May 2019 and will last four months. It will reflect on different potentials of narration, and have an objective to investigate what stories, told by visual means and by different international artists, can tell to us and about our life experiences. The exhibition will encompass presentations in public and private spaces of the city: the Urban Planning and Environment Council of Ardèche, the City Hall, Saint Thomas Church, Privas Media Library, the Esplanade pharmacy, and the bank Marze.

Stories or narratives have been shared in every culture and in every land as a means of entertainment, education, preservation of culture and in order to instill moral values. Stories are frequently used to teach, explain, and/or entertain. The importance of stories and storytellers can be seen throughout human history. The roots of art or ability to tell a story goes back to Ancient Greek philosophy traditions, to Socrates, and Plato, where discussion of moral and philosophical problems between two or more characters in a dialogue became an illustration of different philosophical methods. Early storytelling combined stories, poetry, music, and dance. Those who excelled at storytelling became entertainers, educators, cultural advisors, and historians for the community. Telling stories is also a way to unite people together.

In this exhibition, each artist, taking a role of a storyteller, and attempts to answer the question: How does one make relevant the collective memories, personal narratives and inner worlds located within the margins of particular space and place? It seeks to objectively summarize the world we live in and how we should act in it, considering specificities of everyday life and places we live in.

Putting the artists at the place of a storyteller, they narrate their personal experience by the means of visual arts: videos, sculptures, texts, specific installations, sound work, and performances.

Each artistic intervention is closely related to the place where it is exhibited. Thus, Franco-Suisse artist Delphine Chapuis-Schmitz, who takes different linguistic experiences as a crucial point in her artistic practice, conducts a specific research in the Privas Media Library, by which she tries to disturb visitors and proposes to look on books, magazines and newspapers differently. The texts Delphine composes, most often from fragments, can take different forms depending on the situation in which they are written: installations, readings or printed publications. Delphine’s artistic practice is closely linked to conceptualism, an art movement that has appeared in the United States in the 1960s. Conceptualism perceives language as a form of visual art. The pioneer of this movement, Lawrence Weiner, will present his work TILES PILED UPON MORTAR PILED UPON TILES in the Esplanade pharmacy and in the Marze Bank. Lawrence states that: “Art is the empirical fact of the relationships of objects to objects in relation to human beings & not dependent upon historical precedent for either use or legitimacy”. Robin Meier’s audio installation Sinchronicity challenge the visitor’s sensory experiences in the church Saint Thomas. By swinging on the swings, the spectator activates the video-sound installation: video documentation of an experiment conducted in the Thai mangrove forests where every night hundreds of male fireflies (Pteroptyx malaccae) spontaneously synchronize their blinking to attract females. By installing this work in the church, it shows the unity between human, nature, and sacred space; it creates an ecosystem based on various means that work to construct the world. The two works of Wilfrid AlmendraWhile Waiting for the Revolution and Model Home (Sonata II and Sonata IV)—being closely related to urbanism and architecture will be presented to the Council of Urban Planning Architecture and Environment of Ardèche. In the installation While Waiting for the Revolution, Wilfrid confronts the utopian forms of the “New Babylon” project by Dutch artist Constant Nieuwenhuys with those of the residential districts and industrial zone. Continuing his work on the standardized architecture of suburban pavilions, the artists also presents two pieces of the Model Home (Sonata) series. The diversion of various materials found on construction sites of emblematic Phénix type individual houses of the 1980s, leads to immediately recognizable forms but unrelated to their original function. Jonas Brinker, a young German artist, in his video Standing Still questions a place of a wolf in history. Wolf has an ambivalent position in the different civilizations’ folklore, religion and mythology. On one hand, wolf is strongly associated with danger, making it the symbol of the warrior, like we can see it in Egyptian, Greek, Baltic, or Nordic mythology; and on the other—he has a role of a protector, like in the myth of the founding of Rome where The Capitoline Wolf nurses—and thus saves—Romulus and Remus. Jonas Brinker’s video work builds on these connotations and shows the moment in which the animal becomes an image. Cécile Serres,a young French performer, will make two performative interventionsin the city during this exhibition. The I Hope You Don’t Mind/Sans penser à mal performance will take the form of a treasure hunt giving birth to a unique and participative play. It will take a form of an unusual gesture, of a rumor that allegedly speaks about a mysterious event. The performance questions our positioning in the face of social events and collective gossiping.

The objective of this art parcours is to show panorama of contemporary art, to present different media and to approach art closer to the general public.

Julia Cistiakova, curator


ÉVENEMENTS / SPECIAL EVENTS

25 mai à 15h45 / 25 May at 3:45PM
I Hope You Don’t Mind / Sans penser à mal, performance de / of Cécile Serres
Lieu / Place : CAUE, 2 bis, Avenue de l’Europe Unie, Privas

19 juin à 17h30 / 19 June at 5:30PM
Lieu / Place : Médiathèque Municipale Jacques Dupin, 3 Rue Élie Reynier, Privas.
Rencontre avec l’artiste Delphine Chapuis-Schmitz et lecture de ses textes. /Meetingwith the artist Delphine Chapuis-Schmitz and public reading of herwritings.

21 september à 11h30 / 21 September at 11:30AM
Lieu / Place : CAUE, 2 bis, Avenue de l’Europe Unie, Privas
I Hope You Don’t Mind / Sans penser à mal, performance de / of Cécile Serres

21septembre à 16h / 21September at 4PM
Lieu / Place : Médiathèque Municipale Jacques Dupin, 3 Rue Élie Reynier, Privas
Lancement du projet final de Delphine Chapuis-Schmitz et présentation-lecture de la publication. / Launch of final project and publication presentation by Delphine Chapuis-Schmitz.


VISITES GUIDEES / GUIDED VISITS (gratuities / free of charge)

Tous publics / All public 
Durée / Duration : 1h

Juin / June
Samedi / Saturday 15 : 11h30-12h30
Samedi / Saturday 22 :15h-16h

Juillet / July
Mercredi / Wednesday 10 : 11h30-12h30
Jeudi / Thursday 25 :11h30-12h30

Aout / August
Samedi / Saturday 31 : 11h30-12h30

Septembre / September
Mercredi / Wednesday 11 : 15h-16h

Visites en famille / Family visits
A partir de 6 ans / From 6 years old
Durée/ Duration : 40 min

Juin / June
Mercredi / Wednesday 5 : 14h30-15h15
Mercredi / Wednesday 19 : 14h30-15h15

Juillet / July
Mercredi / Wednesday 3 : 14h30-15h15

Journées européennes du patrimoine / European Heritage Days
Septembre / September
Vendredi/ Friday 20 : 16h-17h
Samedi / Saturday 21 : 11h-12h // 14h-14h40* // 16h-17h (*visite en famille / family visit)
Dimanche / Sunday 22 : 11h-12h // 14h-15h // 16h-17h
Possibilité de faire des visites de groupe (à partir de 8 personnes) sur demande, en français ou anglais, hors mois d’aout. Gratuit. Guided visits for groups (min 8 people) can be organized on request, in French or English, during all the duration of exhibition, except August. Free of charge.

Réservation : Tel : 09 70 65 01 15 ; E-mail : galerie.exposition@theatredeprivas.com

LE POINT DU DEPART DE TOUTES LES VISITES : CAUE, 2 BIS, AVENUE DE L'EUROPE UNIE, PRIVAS.THE STARTING POINT OF ALL VISITS IS: CAUE, 2 BIS, AVENUE DE L'EUROPE UNIE, PRIVAS.

Une réflexion sur « STORYTELLING (FRAGMENTS D’HISTOIRES) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.