Edito

J’aurais aimé vous rencontrer dans d’autres circonstances.
J’aurais aimé vous parler uniquement de ce que nous vous avons concocté pour cette année.
J’aurais aimé m’adresser à vous en toute légèreté.
J’aurais aimé plus d’innocence.
Mais voilà.
Le ciel nous est tombé sur la tête.

La cloche a sonné et nos tympans vibrent au son de ce monde inconnu où nous devrons peut-être nous confiner régulièrement. Ce monde où l’autre devient menace. Plus que jamais, notre théâtre se doit d’être à l’écoute de ses contemporains et plus particulièrement ceux de son territoire. La nécessité pour notre théâtre de se faire l’écho des bruits de ce monde et d’être cet endroit du lien s’en trouve renforcée.

Quelque soient les règles sanitaires, nous les respecterons mais nous vous donnerons toujours rendez-vous. Dans le réel et non virtuellement, quoiqu’il se passe cette année, nous serons là ! Nous voulons jouer en votre compagnie, inviter les artistes et penseurs et ne plus laisser se rompre cette chaîne de rencontres.

Sur nos routes, nous croiserons Bérénice et Tartuffe, nous ferons la connaissance de HitchBOT, le robot assassiné de Linda Blanchet, nous verrons Daniel Pennac sous un nouveau jour, acteur de son propre récit, nous rirons avec les Blond and Blond and Blond, nous nous laisserons épater par les danseurs de la Compagnie Tie Break, nous découvrirons un spectacle en lycées avec Guillaume Cayet, nous partagerons les mots d’Anna Akhmatova soufflés par Isabelle Lafon, nous danserons encore avec Radio Babel Marseille, nous entendrons autrement les récits de notre territoire avec Didier Ruiz ; à la galerie, nous découvrirons des facettes inédites des jeux vidéo avec Simon Bachelier, et puis et puis… et puis je vous laisse découvrir l’ensemble de la programmation dans les pages qui suivent.

Tout au long de l’année, nous vous proposerons un voyage à travers nos langues. Celles de Yannick Jaulin, Pépito Matéo et du Théâtre du Point du Jour. Intimes et collectives à la fois, elles nous encouragent à affirmer notre singularité. Affirmation plus que jamais nécessaire en cette période virale où l’éducation est malmenée et où la démocratie se cherche.

Vous découvrirez dans cette plaquette le projet qui se décline au chapiteau Les Tamaris, sur le territoire et à la galerie, aux côtés d’artistes qui voyagent entre ces espaces.

Pendant ce temps, nous préparerons notre nouvelle maison pour la réouverture du Théâtre à l’automne 2021. Nous vous tiendrons informés de l’avancée de ce grand chantier. La saison 20/21 sera la dernière hors les murs.

Entrez sans frapper, l’entrée est libre et sans salle d’attente. L’aventure commence…


Christine Chalas, directrice
Juillet 2020