Catégories
mai Saison Spectacles-passes

LA CENTRALE EN CHALEUR

Groupe Fantômas / Guillaume Bailliart


à voir durant les « Ent’été.e.s »

Vendredi 25 juin – 19h30


Chapiteau Les Tamaris – Flaviac
1h30 · Dès 15 ans
Tarifs : de 9 à 16€


Farce atomique

À la suite de la catastrophe nucléaire survenue à Fukushima, une boîte de production de films pornographiques décide de tourner un film philanthropique pour venir en aide aux victimes de la catastrophe nucléaire. Adapté du roman gaguesque du japonais Genichiro Takahashi, le spectacle de Guillaume Bailliart et Romain Nicolas croise comédie musicale, situations absurdes et parodie déjantée pour nous offrir un pamphlet post-moderne traitant de l’irresponsabilité politique devant la catastrophe. Comme pour son Tartuffe d’après Tartuffe d’après Tartuffe d’après Molière, également accueilli cette saison, Guillaume Bailliart met en place un dispositif de parole à la fois simple et ingénieux, laissant toute sa place au jeu et à l’imaginaire des spectateurs. Une tentative communautaire et joyeuse pour hisser l’imaginaire au niveau du désastre.


Librement inspiré du roman de Genichiro Takahashi, traduit par Sylvain Cardonnel / Texte : Romain Nicolas / Mise en scène : Guillaume Bailliart / Assistant à la mise en scène : Théodore Oliver / Avec : Georges Campagnac, Pierre-Jean-Etienne, Elsa Foucaud, François Herpeux, Marie Nachury + 1 choeur de volontaires / Musique et son : Marie Nachury / Régies : Martin Barré

APPEL À PARTICIPATION !

Venez rejoindre ce projet fou et participez au « chœur » de volontaires aux côtés des 4 comédiens professionnels. Ce chœur un peu magique prendra en charge scénographie, lumière, musique, bruitages, chorégraphies, paysages… et cela sans les outils techniques appropriés ! Attention, point n’est besoin pour rejoindre ce chœur, de posséder de compétences exceptionnelles, qu’elles soient techniques, musicales, dramatiques, chorégraphiques ou scientifiques.
Renseignements : 04 75 64 93 39


Lien vers le FB de la Compagnie

Production : Groupe Fantômas. Coproduction : Théâtre de Villefranche, Le Vivat d’Armentières – scène conventionnée d’intérêt national art et création, Théâtre Jules Julien de Toulouse. En partenariat avec le GEIQ Théâtre et le NTH8 de Lyon, le Conservatoire de Toulouse, La Paillette de Rennes. Avec le soutien du Ministère de la Culture/DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de la Ville de Lyon, de La Chartreuse de Villeneuve lez Avignon – Centre national des écritures du spectacle et de la salle Guy Ropartz – ville de Rennes 

Crédit photo : Arkadiusz Podniesinski

Catégories
mai Saison Spectacles-passes

CROCODILES

Cie Barbès 35 / Cendre Chassanne et Carole Guittat


Mercredi 19 mai – 10h
Jeudi 20 mai – 10h / 14h
Vendredi 21 mai – 10h / 14h
Samedi 22 mai – 19h30


Chapiteau Les Tamaris – Flaviac
55 min · Dès 10 ans
Tarif C (de 10 à 20€)



L’exil d’un enfant afghan

Inspiré de l’histoire vraie d’Enaiatollah Akbari, transposée dans l’ouvrage de Fabio Geda, Dans la mer il y a des crocodiles, le spectacle raconte l’histoire d’Enaiat, un enfant afghan de la minorité persécutée des hazaras. À dix ans, sa mère le conduit clandestinement au Pakistan et l’abandonne pour le protéger des dangers qu’il court dans son pays. Débute alors pour Enaiat un périple de cinq années jalonné d’épreuves et rythmé par l’espoir d’une vie meilleure. L’interprétation du comédien Rémi Fortin, bluffante de vérité, nous fait vivre ces épreuves douloureuses en traversant les frontières de l’Iran, de la Grèce et de l’Italie. La parole intime et universelle d’Enaiat est livrée au public qui, placé au cœur du dispositif scénique, accompagne son périple pas à pas. Un spectacle fort qui donne envie de croire aux vertus de l’accueil. Un beau souffle d’espoir.


Dans la mer il y a des crocodiles – L’Histoire vraie d’Enaiatollah Akbari de Fabio Geda / Mise en scène et adaptation : Cendre Chassanne et Carole Guittat / Avec : Rémi Fortin / Images : Mat Jacob – Tendance Floue / Montage : José Chidlovsky / Création et régie son : Édouard Alanio / Création, régie lumière, régie générale : Sébastien Choriol / Régie tournée : Édouard Alanio ou Sébastien Choriol / Construction : Édouard Alanio, Sébastien Choriol, Jean-Baptiste Gillet / Collaboration artistique et action culturelle : Isabelle Fournier /  L’ouvrage de Fabio Geda est paru aux éditions Liana Levi, collection Piccolo, 2011

Avec les publics : En lien avec le spectacle, la Compagnie Barbès 35 interviendra auprès de classes de 6ème dans le cadre des projets d’Éducation Artistique et Culturelle des collèges de l’Ardèche et de la Drôme.



Lien vers le site de la Compagnie

Production : Compagnie Barbès 35. Coproduction : Le Théâtre, Scène conventionnée d‘Auxerre, La Cité de la Voix (Vézelay),  Le Théâtre Dunois (Paris). Avec l’aide à la création de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté, du Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté et du Conseil Départemental de l’Yonne. Soutiens : La Minoterie  – Création jeune public et éducation artistique (Dijon), Le Nouveau Théâtre de Montreuil – Centre Dramatique National, La maison des métallos (Paris), Bourgogne Active. Cendre Chassanne est artiste associée du Volcan, Scène nationale du Havre. 

Crédit photo : Mat Jacob

Catégories
avril La Galerie mai Saison Spectacles-reportés

OH MY GAME !

LE JEU VIDÉO DANS TOUS SES ÉTATS

Commissariat : Simon Bachelier


Exposition reportée à l’automne (sous réserve)

Du 21 avril au 29 mai

Vernissage : lundi 26 avril – 19h

Finissage : samedi 29 mai – 17h


La Galerie
Entrée libre


Il existe aujourd’hui autant de formes de jeux vidéo que de genres musicaux ou cinématographiques. S’il est difficile de toutes les représenter, il est néanmoins possible d’en brosser le portrait par le prisme de ses pratiques actuelles. C’est l’enjeu d’une exposition inédite, accompagnée d’une programmation riche et originale, qui vous fera (re)découvrir les nombreux visages du jeu vidéo. Muni d’un regard privilégié sur les scènes indépendantes du jeu vidéo, le producteur et commissaire d’exposition Simon Bachelier vous invitera à jouer, rejouer, déjouer et voir jouer.


Crédit photo : La Fille d’à côté