Tous les articles par Théâtre de Privas

ON ÉTAIT EN DESSOUS DU NIVEAU DE LA RIVIÈRE

Exposition de Julia Borderie & Eloïse Le Gallo

Sous le co-commissariat de Julia Cistiakova et Ekaterina Shcherbakova

7 JUILLET – 1 SEPTEMBRE 2018

VERNISSAGE LE 6 JUILLET 2018 A 18H30

Crédit photos : les artistes

Le projet de l’exposition à l’Espace d’art contemporain du Théâtre de Privas et la résidence au Château du Pin, Fabras, vise à repenser la cartographie du territoire français par rapport à l’eau – en tant que substance, matière, corps et information. L’eau donne la vie et apporte la mort ; en tant que phénomène qui participe à définir la géographie, elle fait partie des enjeux économiques et politiques. Les artistes se concentrent sur le dialogue et les possibilités de coexistence entre les parties rompues de la carte de France, à savoir les territoires de Métropole et d’Outre-mer, et notamment l’île de La Réunion.


Les artistes et les commissaires du projet souhaitent continuer la réalisation du projet en Ardèche pour plusieurs raisons. Premièrement, c’est le territoire où l’eau se manifeste comme un espace structurant le paysage : à la fois frontière et lien, l’eau influence les corps dans leurs perceptions du paysage, leurs déplacements et leurs interactions. Ce projet cherche à créer des liens entre le patrimoine culturel aussi bien matériel qu’immatériel et les paysages. L’interaction entre les roches volcaniques et l’eau est une passionnante vecteur d’imagination pour le projet. La présence importante de thermes et de sources, révèle l’invisible du centre de la Terre. La proximité des volcans d’Ardèche, et de curiosités géologiques comme la cascade de Pourcheyrolles, Grotte Chauvet, permettront de faire dialoguer le paysage de la région avec celui de l’Ile de La Réunion.

Entre autres, le territoire d’Ardèche, notamment le Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche est un phénomène naturel qui a inspiré plusieurs études scientifiques. Les rencontres avec des hydrologues, géologues, volcanologues de la région aussi que des habitants, permettront de construire ensemble l’imaginaire du projet en Hexagone.

En partenariat avec le Château du Pin, Fabras.
Dans le cadre des « Echappées » 2018 du parcours artistique Le Partage des Eaux.


Actions spécifiques :

7 juillet 2018 à 11h00

Visite-atelier de l’exposition avec les artistes et les commissaires du projet.

Lieux : dans l’espace de la Galerie

7 juillet à 17h30

Balade performative « Source moi » au Château du Pin à Fabras, lors de l’inauguration des 23e Estivales du Château.

En présence des artistes et les commissaires de l’exposition.

Réservation obligatoire :
tel : 04 75 38 05 26
mail : contact@chateaudupin.org

Lieu de la balade :
Château du Pin et ses alentours,
Le Pin,
07380 Fabras
Tél : 04 75 38 05 26

Ouvert à tous les publics

En partenariat avec le Château du Pin, Fabras.
Dans le cadre des « Echappées » 2018 du parcours artistique Le Partage des Eaux.

Gratuit


1 SEPTEMBRE 2018 A 17H00

FINISSAGE DE L’EXPOSITION ON ETAIT EN DESSOUS DU NIVEAU DE LA RIVIERE
avec la visite guidée de l’exposition

Gratuit

Spiegelicht

LEI SAITO (Japon)

commissaire Julia Cistiakova

14 septembre – 20 octobre 2018 

Vernissage : 13 septembre à 18h30 / Finissage : 20 octobre à 17h
Lieu : rue de la Recluse, F-07000 Privas

Communiqué de Presse (pdf) / Dossier Pédagogique (pdf)

Scénario

Un tableau est une fenêtre.
Un tableau est un miroir.
Un tableau est un autoportrait face à une fenêtre ou un miroir.
Un tableau est d’un côté miroir, de l’autre fenêtre.
Un tableau est inframince.
Un tableau est gérondif.
Un tableau est un film 35mm.

Tout à coup, le monde semblait se refléter sur les deux faces du tableau, démultipliant les strates de réalité.
Comme si de nouvelles couches se superposaient.
Prisme, image diffractée à travers une mosaïque.
Portion fragmentée d’un autre réel.

Le tableau semble s’arrêter à un moment précis, mais c’est notre perception qui va parfois un peu trop vite.
Le tableau génère son unité du temps.

De l’autre côté de cette surface, le temps s’écoule différemment.
Comme quand on se trouve dans un train qui roule à la même vitesse qu’un autre, et que le regardant on a alors l’impression d’être immobile.
Comme si pour une étoile, notre temps était infiniment minuscule.
Mini-décimal.

J’ai l’impression d’entendre une immense balle galvanisée qui démarre pour rouler, partant du lointain. Pour arriver ici, à l’endroit où quelque chose doit commencer.
Accélération.
Trajectoire elliptique.
Comme un enfant espiègle joue de la musique entre les lignes qui forment les constellations d’étoiles.
Divagation.
Jeu sérieux.

Cette exposition nous invite à entrer dans la coulisse d’un tableau en en extrayant des intuitions plastiques.
Cette déambulation se perte et s’opère dans le tableau de Paolo Uccello, Saint-Georges tuant le dragon.
C’est une archéologie de la vision qui invite à voir la princesse comme une histoire d’amour et la perspective comme un dragon.

Œuvres :
Paysage futur mi- volume, mi- aplati du bas-relief.
Bruit astral d’une trajectoire elliptique continuant à s’incliner en boucle.
Rembobiner l’espace, et tomber amoureux.
Spirale.
Géométrie moelleuse du mazzocchio.
Ligotage du paysage en papier carbone.
Maquette du tableau en brique d’été oréo comme gérondif.
Une portion de ligne d’horizon.
Traces de nourriture à la Sôsos de Pergame.
Le contour d’or.
Perspective corrompue de début du monde.
Cinq points de fuite portables par terre prêtes à se mobiliser.
Devant devant devant.
Derrière ?
Géométrie en velours.
Ciel noir couvert de bleu, terre noire émaillée, bleu irisé.

Spiegelicht est un nouveau mot néerlandais, né de la rencontre de spiegel et de licht, qui tournerait autour des notions de lumière, de gravité, et du probable.

Lei Saito, 2018

Lei Saito. Sans titre, 2018, fragment. Courtesy : l’artiste.

Pendant les journées européennes du patrimoine – le 15 et 16 septembre 2018- la Galerie organise des visites-dégustations de l’exposition de Lei Saito :

Samedi 15 septembre : 14h30 et 16h

Dimanche 16 septembre : 12h30, 15h30, 17h

Lei Saito est une artiste d’origine japonaise qui vit et travaille à Paris depuis 2003. Elle a étudié au Japon (1999-2003) et à l’atelier d’Annette Messager à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris (2004-2007), puis a été invité comme résidente à la Rijksakademie à Amsterdam (2010/2011). Sélection des projets réalisés : « Genius Loci , Centre d’art contemporain du parc Saint-Léger, Pougues-les-Eaux, FR (2018) ; « Volume d’oubli », Le Grand Cordel, Rennes, FR (2017) ; « As the clementine ice rink glistens in the light, the world fades into translucence at l’heure bleue », Galerie de Multiples, Paris, FR (2015) ; « La Nuit des Danses Perdues », Palais de Tokyo, Paris, FR (2015) ; « Salomé », Maison de la Culture du Japon, Paris, FR (2015) ; « avoir 10+1 », Centre d’Art Contemporain de St-Réstitut, St-Réstitut, FR (2014) ; « jeune création », 104, Paris, FR (2013) ; « l’histoire de début du monde jusqu’à la moitié », Rijksakademie van beeldende kunsten, Amsterdam, NL (2011).

L’Autre

COMPAGNIE PUÉRIL PÉRIL

Mise en scène Dorian Lechaux
Avec les acrobates Ronan Duée, Dorian Lechaux, Rachel Salzman
et Mathis Der Maler (musique live)

JEUDI 27 SEPTEMBRE
19H30

VENDREDI 28 SEPTEMBRE
20H30

SAMEDI 29 SEPTEMBRE
17H

NOUVEAU CIRQUE · 1H · à voir dès 12 ans
TARIF Créa : ADULTE = 12€ / -25 ANS = 8€


Ardèche Terre d’artistes !

© Daniel Michelon

C’est avec une création réalisée par trois acrobates et un musicien remplis de talents et d’inventivité que nous vous convions à retrouver le chemin du Théâtre de Privas !
Après avoir répété à La Cascade et à Quelques p’Arts, la Cie Puéril Péril donnera les trois premières représentations de son nouveau spectacle au Théâtre de Privas à l’issue d’une résidence de quelques semaines.
Beaucoup de travail donc et beaucoup d’attentes pour cette jeune compagnie très prometteuse qui attend impatiemment votre présence à ses côtés !
Ne leur faites pas défaut !

Ronan Duée et Dorian Lechaux, diplômés de la prestigieuse école nationale de Cirque de Montréal, ont obtenu le Prix spécial du jury au Festival international du Cirque de Demain. Ils ont sillonné avec grand succès en 2017 et 2018 les routes de l’Ardèche avec leur spectacle Bankal.


Samedi 29 à PARTIR DE 19H poursuivez la soirée avec le lancement de « LA CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF EN SOUTIEN à LA 20ème EDITION DU FESTIVAL IMAGES ET PAROLES D’AFRIQUE ».
CABARET AFRICAIN TOUT EN COULEUR ! (TARIF UNIQUE 15€).
Réservations : 04 75 20 82 99 / as.coordinatrice@gmail.com


Le projet d’accompagnement « Ardèche terre d’artistes » est cofinancé par la DRAC Auvergne -Rhône-Alpes et le Département de l’Ardèche. Il associe trois établissements culturels : La Cascade, le Théâtre de Privas et Quelques p’Arts…


www.puerilperil.com

Direction d’acteurs et regard extérieur : Colin Rey / Création son et lumière : Thibaut Champagne et Sébastien Marc / Régie générale : Christophe Payot / Scénographie : Clémentine Cadoret / Production et administration : Manon Briens et Emmanuelle Nonet

Production : Cie Puéril Péril. Coproduction : Projet Ardèche, Terre D’artistes, soutenu par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes et le département de l’Ardèche, qui associe La Cascade-Pôle National des Arts du Cirque (Bourg-saint-Andéol), le Théâtre de Privas – scène conventionnée et Quelques p’Arts… Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public, Boulieu-lès-Annonay (07) ; Le Théâtre du Vellein, scène régionale (38) ; L’Echappé, Espace Culturel de Sorbiers (42) ; Le Festival des 7 collines à Saint-Etienne (42) ; La Mouche, Théâtre Saint-Genis-Laval (69) ; Avec le soutien de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, du Groupe des 20 Auvergne-Rhône-Alpes, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de la Ville de Lyon et de la SPEDIDAM. Accompagnement de la compagnie par l’Ecole de Cirque de Lyon.

Elektrik

COMPAGNIE BLANCA LI

Chorégraphie Blanca Li
Pièce pour 8 danseurs

VEN 05 OCTOBRE
20H30

En matinée scolaire / Tout public :
VEN 05 OCTOBRE – 14h

DANSE · 1H10 · à voir dès 8 ans
TARIF C : Billetterie = 14 à 20 € / Abonnement = 10 à 14 €


TOUTE L’ÉNERGIE ET LA VIRTUOSITÉ DE LA DANSE ÉLECTRO !

© Laurent Philippe

L’électro est la danse d’une génération, elle se vit par décharges, entre explosivité et précision. Inventée dans les années 2000, elle n’a depuis eu de cesse d’évoluer, d’affûter et de s’enrichir.
Signé par Blanca Li, une des grands chorégraphe de la danse urbaine et interprété par huit danseurs devenus des références mondiales de la culture électro, ELEKTRIK est un concentré de talents mis au service de l’électro.
Le résultat est réjouissant, drôle et coloré.
Un spectacle de danse hors du commun à découvrir en famille.


Emprunte de couleurs et de positivité, cette ode à la joie va vous donner envie de danser.

Le Monde

Les danseurs enchantent la scène.

La Montagne

Ils étaient des jeunes lycéens qui s’inventaient une identité à travers la danse, ils sont devenus des artistes complets et méritent un coup de chapeau.

Télérama Sortir

« C’est une danse physique, enjouée, enthousiasmante. Comme le hip-hop qui l’irradie parfois, c’est aussi une danse qui vient de la rue et qui ne l’oublie pas.

Danser

www.blancali.com

Avec : Adrien Larrazet alias VEXUS, Taylor Château alias TAYLOR, Roger Bepet alias BIG JAY, Filipe Francisco Silva alias FILFRAP, Jérôme Fidelin alias GOKU, Slate Hemedi alias CRAZY, Mamadou Bathily alias BATS, Jordan Oliveira alias JORDY / Assistants à la chorégraphie : Glyslein Lefever et Rafael Linares / Lumières : Jean Kalman et Elsa Ejchenrand / Musique : Tao Gutierrez, « Quatuor en La mineur Wq39, Andantino » de Carl Philip Emmanuel Bach, interprété par La Tempestad (Silvia Marquez, Antonio Clares et Guillermo Peñalver), « Il Giardelino » d’Antonio Vivaldi, interprété par MAD FOR STRINGS, « Sonate en Do mineur » de Scarlatti, interprété par Jeff Cohen, « Andante tirée de la Sonate en Do mineur BWV 964 » de J.S. Bach, interprété par Jeff Cohen, TITRE ELECTRO « Slashr » de NGLS JMBEATS / Costumes : Laurent Mercier

Production : Compagnie Blanca Li, soutenue par Access Industries. Coproduction : MA scène Nationale, Pays de Montbéliard ; la Maison des Arts de Créteil.
Studio de répétitions : Calentito134
Remerciements : Fabrice Verrier, Claudia Gargano

Ding Dong

D’après Le Dindon de Georges Feydeau

COMPAGNIE MOMUS GROUP

Mise en scène Natalie Royer
Avec Cécile Auxire-Marmouget, Victor Auzet, Renaud Béchet, Pierre Germain, Nelly Pulicani, Benoît Martin, Christian Taponard

JEUDI 11 OCTOBRE
19H30

THÉÂTRE · 2H · à voir dès 14 ans
TARIF C : Billetterie = 14 à 20 € / Abonnement = 10 à 14 €


LE GÉNIE COMIQUE DE GEORGES FEYDEAU !

© L’Ombre d’un Instant

Le 18 avril 1969, des millions de téléspectateurs se retrouvèrent devant leur poste de télévision pour regarder, sur la première chaîne de l’ORTF, Le Dindon de Georges Feydeau interprété par les actrices et acteurs de la Comédie Française qui excellaient alors dans le registre du Vaudeville.
C’est en se mettant dans les pas de ces mémorables interprètes : Bernard Dhéran, Michel Duchaussoy, Robert Manuel, Catherine Samie, Louis Seigner, que Natalie Royer et toute sa troupe revisitent cette extraordinaire pièce du « Roi du Vaudeville ».
Ding Dong d’après Feydeau est un très bel « exercice de style » porté par une troupe qui s’en donne à cœur joie pour le plus grand plaisir du public !


Le public est embarqué dans un marathon théâtral dont il est sorti heureux d’avoir tant ri.

Le Progrès

Le public enthousiaste a fait une ovation au salut final.

Le Dauphiné Libéré

Scénographie : Natalie Royer, François Dodet, Jean Tartaroli / Lumières : Jean Tartaroli / Régie son : Baptise Tanné

Coproduction : Momus Group, Théâtre de Vénissieux, Théâtre Jean Vilar Bourgoin-Jallieu, Théâtre La Mouche Saint Genis-Laval, L’Arc scène nationale Le Creusot, Groupe des 20- scènes publiques Auvergne-Rhône-Alpes. Création soutenue par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes au titre de l’aide au projet , par le Groupe des 20 dans le cadre du CREA-DIFF : coproduction et diffusion en réseau et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Remerciements au TNP pour les costumes, à la Mediatheque de Vaise, à Gilles Ostrovsky et à Gilles Cailleau

Ces filles-là

COMPAGNIE ARIADNE

D’après Evan Placey, traduction Adélaïde Pralon
Mise en scène Anne Courel
Avec Claire Cathy, Sophia Chebchoub, Fanny Chiressi, Maïanne Barthès, Charlotte Ligneau, Audrey Lopez, Manon Payelleville, Noémie Rimbert, Elsa Thu-Lan Rocher, Helena Sadowy, Bérengère Sigoure, Léonie Kerckaert et 8 jeunes filles amatrices (distribution en cours)

JEUDI 8 NOVEMBRE
19H30

En matinée scolaire / Tout public :
JEU 8 NOVEMBRE – 14h

THÉÂTRE · 2H · à voir dès 14 ans
TARIF C : Billetterie = 14 à 20 € / Abonnement = 10 à 14 €


L’histoire de Scarlett racontée, jouée et dansée avec vingt actrices en scène !

© Raphael Labouré

Lorsque Scarlett poste une photo d’elle sur les réseaux sociaux, elle n’imagine pas que commence une longue descente aux enfers. Ses amies l’évitent et les garçons rigolent !
Isolée, harcelée, Scarlett est obligée de changer de lycée. Mais son histoire la rattrape, sa photo circule à nouveau.
Sur le plateau, 20 voix, 20 corps nous racontent une histoire d’aujourd’hui, mais parmi elles surgissent aussi des voix plus anciennes, celles de femmes de générations passées, des années 20, 60, 80 qui se sont battues pour leurs droits et leur liberté.
Mêlant dialogues, récits, images et chorégraphie, ce spectacle hors norme est en tournée nationale pour la troisième saison consécutive !

Ces Filles-Là traduction Adélaïde Pralon est édité aux Editions Théâtrales. La pièce a obtenu le « Prix des lycéens pour les nouvelles écritures de théâtre » et le « Coup de cœur des lycéens » dans le cadre du Printemps théâtral.


Une histoire de réseaux sociaux destructeurs, pourvoyeurs de haine, amplificateurs de la bêtise humaine, accélérateurs d’exclusion. Ce texte nous parle parce qu’il est actuel.

L’Alsace

Ces filles-là n’ont laissé personne indifférent.

Le Dauphiné Libéré

www.cie-ariadne.fr

Assistants à la mise en scène : Marijke Bedleem et Benoît Peillon / Scénographie : Stéphanie Mathieu / Costumes : Cara Ben Assayag et Claude Murgia / Création et régie lumières-vidéo : Alexandre Bazan et Guislaine Rigollet / Création univers sonore et régie son : Clément Hubert / Chorégraphie : Sylvie Guillermin / Images : Jean-Camille Goimard / Cheffe de chœur : Audrey Pevrier

Production : Compagnie Ariadne. Coproduction : Le Grand Angle, Scène Rhône-Alpes Voiron / Le Grand R, Scène nationale La Roche-sur-Yon / MOMIX Festival international jeune public à Kingersheim en partenariat avec le CREA / Ville de Cournon d’Auvergne-La Coloc’ de la Culture / La Maison des Arts du Léman. Avec l’aide à la création du Conseil départemental de l’Isère, l’aide à la création de la SPEDIDAM et l’aide à la production du CNC-DICRéAM. Avec la participation artistique de l’ENSATT, le soutien du Fonds d’Insertion pour les Jeunes Artistes Dramatiques, de la D.R.A.C. et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, de l’Ecole de la Comédie de Saint-Etienne / DIESE # Auvergne Rhône-Alpes et en partenariat avec le Geiq théâtre compagnonnage. La pièce a obtenu l’aide à la création d’ARTCENA. La Compagnie Ariadne est conventionnée par la DRAC et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Radio pour les plantes, les animaux, les objets et tous les autres

Exposition d’Eva Kot’átková, Dominik Lang, Anna Ročňová, Jan Boháč

Commissaire Julia Cistiakova

10 novembre – 08 décembre 2018
vernissage le vendredi 9 novembre à 18h30

Une performance d’Eva Kot’átková Asking the Fish About the Inside of Her Stomach, 2018, aura lieu lors du vernissage de l’exposition.

Performeuse : Caroline Tricotelle

LA GALERIE
rue de la Recluse
F-07000 Privas / France

Entrée libre

Exposition ouverte du mercredi au samedi de 14h à 18h.
Ouverture nocturne : 1h avant / après les spectacles.
L’Espace d’art contemporain sera fermé pendant les vacances de Noël. 

Merci aux artistes, à Kacha Kastner et Camille Hunt, à la galerie hunt kastner (Prague, CZ), à Caroline Tricotelle, à l’équipe du Théâtre, ainsi qu’aux A.Ga.Thes !

La Galerie fait partie du réseau Art Contemporain en région Rhône-Alpes (www.ac-ra.eu) et bénéficie du soutien de la BDP de l’Ardèche, du Canopé 07 et Waynote.


Machine de cirque

Québec

Direction artistique et mise en scène Vincent Dubé
Avec Ugo Dario, Raphaël Dubé, Maxim Laurin, Frédéric Lebrasseur, Yohann Trépanier

VENDREDI 16 NOVEMBRE
20H30

SAMEDI 17
NOVEMBRE

20H30

DIMANCHE 18 NOVEMBRE
17H

CIRQUE · 1H30 · à voir en famille
TARIF B : Billetterie = 22 à 26 € / Abonnement = 15 à 19 €


ILS VONT NOUS EN METTRE PLEIN LA VUE !

© L’oeil du loup

Des prouesses acrobatiques époustouflantes, une énergie débordante et communicative, beaucoup d’humour, de surprises et d’inventivité : tout y est pour faire de ce spectacle de cirque étonnant un succès international !
Après le Canada, les Etats-Unis, l’Espagne, la Roumanie, l’Autriche, l’Allemagne, la Hongrie, la Suisse, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas, la Suède, les multi-acrobates de Machine de Cirque sont de retour en France et font une halte au Théâtre de Privas !
Ne les ratez pas !


Ce spectacle plein d’énergie et de rebondissements a su charmer les grands comme les petits !

Métro

Les numéros sont époustouflants. C’est drôle, charmeur, nostalgique et touchant. On se laisse guider, impressionner et éblouir par l’univers, neuf et original de ces cinq magnifiques artistes.

Info-Culture

Machine de Cirque c’est une succession de numéros des plus spectaculaires avec en plus l’imagination au rendez-vous !

Média des 2 rives (Québec)

Machine de Cirque : un spectacle époustouflant !

New Haven Independent

www.machinedecirque.com

Musique : Frédéric Lebrasseur / Conseillers artistiques : Martin Genest, Patrick Ouellet, Harold Rhéaume / Conseillères à la scénographie : Josée Bergeron-Proulx, Julie Lévesque et Amélie Trépanier / Costumes : Sébastien Dionne / Éclairages : Bruno Matte / Son : René Talbot / Ingénieur mécanique : David St-Onge / Direction technique : Marc-André Gosselin, Patrice Guertin et Milan St-Pierre / Direction des opérations : Sophie Dubé

Un remerciement tout particulier aux membres du conseil d’administration pour leur précieuse collaboration qui est essentielle au succès de Machine de Cirque. Machine de Cirque bénéficie de l’appui financier du Conseil des arts et des lettres du Québec, principal partenaire public, ainsi que de celui de l’Entente de développement culturel intervenue entre le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Québec.

COCOROO, LE JOUR SE LÈVE !

De et avec
Marie Normand (voix)
et Simon Nwambeben (voix, guitare et percussions)

En matinée scolaire / Tout public :
LUNDI 19 NOVEMBRE 10h & 14h / MARDI 20 NOVEMBRE 10h & 14h

CONCERT · 40 min · à voir dès 3 ans
TARIF C : Billetterie = 14 à 20 € / Abonnement = 10 à 14 €


CHANSONS POUR LES PETITES OREILLES !

© Louise Jullien

À Bafia, petit village du Cameroun, le jour se lève et il fait déjà très chaud. à Boussières, petit village de l’est de la France, c’est la sonnerie du réveil et il fait un froid de canard ! Ici, on déjeune d’un grand bol de chocolat ! Là-bas, c’est comment ? à travers des chansons, de la musique et des mots, Marie Normand et Simon Nwambeben évoquent ce moment singulier du lever qui n’est pas le même pour tous…



http://dekalage.com/cocoroo.html

Création 2017 – Production : DEKALAGE avec le soutien de la Soufflerie (Rezé), de la Région Pays de la Loire et de la SACEM